Jakob Berg / Shutterstock.com

Opinie Kasper Walter

La protestation des agriculteurs fait-elle disparaître les plans verts ?

6 février 2024 -Kasper Walet - Commentaires 9

Les protestations des agriculteurs qui ont lieu dans notre pays et dans les pays voisins cette période ne concernent pas seulement l'azote dans notre pays ou la suppression progressive des subventions au diesel agricole dans d'autres pays. Mais surtout contre la politique européenne en matière de climat et de nature, qui frappe durement les agriculteurs en termes de moyens de subsistance.

Que penser de la politique de la nature qui oblige les agriculteurs à laisser en jachère 4 % de leurs terres arables ou que l'élevage intensif doit laisser la place à un élevage extensif et non rentable ? L’élevage intensif, par exemple, jouerait un rôle majeur dans le déclin de la biodiversité. Les consommateurs doivent également consommer moins de viande et de produits laitiers. D’un autre côté, les agriculteurs néerlandais et leurs collègues européens sont également confrontés à une concurrence déloyale de la part de produits alimentaires bon marché provenant de pays comme l’Ukraine, l’Argentine et le Brésil. Ici, ils ne sont pas tenus de respecter les mêmes règles strictes en matière de climat et de nature.

Les tracteurs apparaissent, les plans verts disparaissent
Tout cela est le résultat de la politique européenne en matière de climat et d'environnement introduite par Frans Timmermans en 2020, le soi-disant « Green Deal ». Mais quatre ans plus tard, ces ambitions vertigineuses n’ont guère abouti. Sous le slogan : « les dirigeants apparaissent, donc les plans verts disparaissent », toutes sortes de lois visant à rendre l'UE plus verte ont été abandonnées ou affaiblies. La loi visant à réduire l'utilisation de produits phytosanitaires est morte, aucune loi visant à rendre la chaîne alimentaire plus durable n'a jamais été introduite et, à la fin de la semaine dernière, l'obligation de laisser une parcelle de terrain en jachère pour la gestion de la nature a également été suspendue.

Le fait que les politiciens européens aient peur des agriculteurs en colère a tout à voir avec les prochaines élections européennes qui auront lieu dans 4 mois. Les partis populistes de droite gagnent du terrain dans les sondages et font campagne contre l’Europe et le fardeau de la réglementation verte. Un message très écouté par les agriculteurs et de nombreux citoyens.

Un nouvel objectif climatique pour 2040
Dans cette situation, la Commission présente cette semaine un nouvel objectif climatique pour 2040. Un document divulgué montre que les émissions de CO2 des pays de l’UE devraient être inférieures d’environ 2040 % en 90 à celles de 1990. Cela nécessite un investissement de 1.500 7 milliards d’euros. Une somme astronomique si l’on considère que l’Europe ne produit que 2 % des émissions mondiales. Selon la proposition divulguée, tous les secteurs doivent réduire leurs émissions de CO2. Selon la Commission européenne, la transformation du secteur agricole est cruciale, tout comme la modification des choix nutritionnels des consommateurs et une meilleure prise en compte du prix des émissions agricoles dans le prix du produit final. La proposition montre que l’agriculture est relativement épargnée par rapport à d’autres secteurs comme l’énergie et les transports. Les émissions de CO2040 de l’agriculture doivent être inférieures d’environ 30 % en 2015 à celles de XNUMX.

Il est tout à fait compréhensible que des responsables politiques actuels de l'UE, comme Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne et le président français Emmanuel Macron, aient peur des protestations des agriculteurs. Toutes ces mesures rendent pratiquement impossible pour le secteur agricole de gagner correctement sa vie et ils ont le sentiment, à juste titre, que leur ferme, leur entreprise et leurs moyens de subsistance risquent d'être détruits. Les protestations vont donc se poursuivre pendant un certain temps et nous verrons à quel point la colonne vertébrale des hommes politiques est solide.

Kasper Walter

Kasper Walet est un ancien membre du conseil d'administration du marché à terme agricole. Il travaille depuis des années sous le nom de Maycroft en tant que conseiller indépendant sur l'énergie et le climat auprès de gouvernements et d'entreprises du monde entier.

En savoir plus sur

protestation paysanne
commentaires
Commentaires 9
Flandre occidentale 6 février 2024
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/column/10907760/late-boerenprotest-green-plans-vaporize]Les protestations des agriculteurs laissent-elles s'évaporer les plans verts ?[/url]
Il est étrange que les agriculteurs néerlandais restent si dociles alors que leurs collègues européens sont autorisés à retirer les châtaignes du feu.
Abonné
bombe à retardement 6 février 2024
J'ai écrit un message similaire sur ce forum, mais certains membres du forum ont préféré rester là et le regarder. Quand je vois avec quelle précision nos pays voisins ont géré cette situation, je pense que j’ai compris. Sinon, ils reviendront à l’action, et tout sera un peu plus sombre, mais toujours dans les normes. Ici aux Pays-Bas, il y a quelques équipes qui font un énorme désastre. Prenez l'exemple d'autres pays et ne restez pas les bras croisés.
Abonné
sefO 6 février 2024
Timmermans et son nuage vert sont un principe de gauche peu ou pas fondé.
Le réalisme et encore plus de réalisme manquent dans la vision de Timmerman.
Le secteur agricole connaît sa mission et travaille chaque jour pour devenir de plus en plus durable, et la réticence de Timmermans n'est absolument pas appropriée dans ce sens.
Le Green Deal est contre-productif, le Green Deal est démotivant. Demandez-vous pourquoi l’Europe entière est en feu, Timmermans demande l’irréalisable, l’impossible, l’inabordable, en bref, pas réaliste du tout.
La question est : n'est-il pas punissable de faire adopter une sorte de loi
par Timmermans, que le secteur agricole, par exemple, ne peut pas satisfaire. Vous ne pouvez pas et ne devez pas demander l’impossible aux agriculteurs.
Abonné
brise marine 6 février 2024
Entièrement d'accord. Faites-vous voir et entendre avec les dix principaux points de rupture pour la négociation, par exemple des discussions de fond à la table. Ne bloquez pas directement des cibles civiles, ne causez pas de dégâts que vous devrez ensuite payer vous-même. Trouvez les marchés/places de votre village, offrez des produits gratuitement aux citoyens sous le slogan.... Maintenant c'est encore possible, demain il sera trop tard…..Franske Timmermans est le pirate qui mange, mange, mange, mange !
Abonné
grenouille 6 février 2024
Nous pouvons aussi nous asseoir tranquillement tous les jours quelque part près de La Haye sur un prolongement de l'autoroute, c'est également autorisé, mais avec un barbecue et une caisse de bière bien sûr, sinon Esther Ouwehand sera également assise là et ce ne peut pas être l'intention.
Abonné
Jaap 6 février 2024
Je n'ai pas encore entendu Frans, il est peut-être en vacances les pieds dans l'eau sur une chaise de jardin sur la plage
Abonné
grenouille 6 février 2024
Jaap a écrit :
Je n'ai pas encore entendu Frans, il est peut-être en vacances les pieds dans l'eau sur une chaise de jardin sur la plage
il doit tirer sur des rhinocéros en Afrique
Abonné
Biographie + 6 février 2024
Cher Kasper,
On suppose que vous devez être capable de calculer raisonnablement bien dans votre position. Mais tous ceux qui savent bien calculer ne le font pas toujours. "Cela nécessite un investissement de 1.500 7 milliards d'euros. Une somme astronomique si l'on considère que l'Europe ne produit que 500 % des émissions mondiales." Il y a environ 3000 millions d'Européens. Donc 15€ par personne dans 200 ans = 90€ par an. Si on arrive à une réduction de XNUMX %, c'est un montant astronomiquement bas.
Abonné
bombe à retardement 6 février 2024
Je suis un fervent partisan des actions de protestation, mais jeter des décombres et autres déchets va un peu trop loin.
C'est là qu'ils se trompent encore. Regardez les Belges. Ajoutez une friterie, etc. Vous pourrez ainsi tenir longtemps sans avoir à vous soucier de la police et des autres usagers de la route.
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Actualités Manifestations paysannes

Le tabou sur les sanctions contre les produits alimentaires en provenance de Russie est levé

Fond Les agriculteurs protestent

La protestation des agriculteurs français suscite un débat sur les prix

Fond Protestations

Les protestations paysannes en Europe ne s’apaisent pas encore

Actualités Les agriculteurs protestent

Le ministre Özdemir accorde une « grâce salvatrice » aux agriculteurs allemands

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login