Cor Pierik

Interview Cor Pierik (BBB)

« L'agriculture ne peut pas tout faire »

31 Octobre 2023 -Klaas van der Horst - Commentaires 9

Même s'il a 58 ans et possède de nombreuses connaissances factuelles en matière d'agriculture et de paysage, il n'est pas encore un politicien chevronné, comme le souligne le candidat du BBB, Cor Pierik. "Je suis encore très novice en politique. Dans les débats, je passe moins de temps à faire des phrases pointues, mais je préfère aller au fond."

Ce dernier convient parfaitement à l'ancien visage agricole de Statistics Nederland (CBS). Il sait également très bien quel poids pèsent les chiffres. "Vous pouvez faire ou défaire quelqu'un avec." Ce dernier cas s’est parfois produit ces dernières années, mais ce n’est pas ce que Pierik a en tête. Il recherche des solutions, de la connexion et du rétablissement, il le précise.

Comment votre relation avec le BBB a-t-elle réellement commencé ?
"Cela a une histoire assez longue. Cela a commencé avec ma rencontre avec Caroline van der Plas dans le cadre d'un cours Statline à CBS (Statline est la base de données de CBS, éd.). C'était bien avant qu'il y ait un BBB. Caroline van der Plas J'étais encore journaliste à l'époque et, grâce à mon poste à CBS, j'avais beaucoup de contacts avec des journalistes. L'année dernière, il y a eu une interview de Caroline dans le Stentor. Cela a fait beaucoup de bruit. Ensuite, Caroline et moi avons commencé à parler, également en tant que à cause de ma maladie, dont je suis maintenant guéri. Il y a environ quatre mois, la question s'est posée de savoir si j'étais disponible pour une place sur la liste BBB."

Et tu as immédiatement dit oui ?
"Cela m'a fait réfléchir si, après 33 ans à CBS et après la maladie dont j'ai souffert, je ne devrais peut-être pas faire quelque chose de différent. J'ai mis les choses ensemble : en raison de mon origine chrétienne, j'attache, entre autres, une grande importance à l'intendance. J'ai trouvé quelque chose à ce sujet dans les programmes électoraux de plusieurs partis. Au total, dix fois à l'Union chrétienne, quatre fois au BBB et une ou deux fois dans trois autres partis seulement. Je sais aussi qu'il y a plus de gens au sein du parti. BBB. La liste contient une croyance chrétienne. C'est un parti intermédiaire et laisse ses membres libres sur les questions éthiques. C'est important pour moi.

Cela ressemble à un résumé assez rationnel. Y avait-il plus ?
"Le facteur décisif a été une conversation avec un vieux fermier de plus de quatre-vingt-dix ans l'année dernière. Il avait voté toute sa vie pour un petit parti chrétien, mais il n'allait plus le faire. "J'en ai fini avec ça", a-t-il déclaré : " le Le seul qui défend vraiment l'agriculture est le BBB. Avec tous les autres partis, l'agriculture est reléguée au second plan. connaissances. apporter une contribution positive. Surtout parce que j'ai vu à quel point les faits sont souvent mal utilisés dans le débat politique.

En tant qu'employé de CBS, vous avez également vu comment les faits, ou mieux encore, les données, peuvent être utilisés. Les données sont très importantes, mais une utilisation imprudente, tout comme avec les modèles, peut entraîner de nombreux problèmes.
"En effet, même si je voudrais aussi dire qu'on peut aussi faire beaucoup de choses utiles et bonnes avec l'aide des données. Ne l'oublions pas. Les choses peuvent tourner très mal entre-temps. Je pense que l'exemple le plus poignant de à cet égard - pour ce qui concerne l'agriculture - ce qu'on appelle la fraude multiple. Dans ce cas, 7.700 XNUMX producteurs laitiers, soit environ la moitié du total, ont été simplement mis dans la case des suspects. Sans justification raisonnable, uniquement sur la base d'une analyse grossière des données " En fin de compte, il ne reste que peu de choses de l'affaire dans son ensemble, mais de nombreuses personnes ont été blessées et aucune excuse n'a jamais été présentée. "

Comment une telle situation aurait-elle pu être évitée et que peut-on faire pour éviter que de telles erreurs ne se reproduisent ?
"En ne vous basant pas uniquement sur des données nues. Vous devez également faire preuve de bon sens, voir si un certain résultat peut être raisonnable et découvrir quel type de données se cache derrière un certain résultat."

Plus de bon sens, ou de bon sens, semble agréable et sera nécessaire, mais pour un groupe croissant de technocrates, d’avocats et d’autres spécialistes, cela n’est pas une chose concrète. Ils ne peuvent rien faire avec ça.
"Ensuite, vous voyez où cela mène. Un autre exemple est celui de l'agriculture calendaire. Il y a également peu de bon sens impliqué."

Mais comment arrêter la technocratisation ?
"Peut-être en travaillant davantage sur des objectifs. Et aussi en se concentrant davantage sur les largeurs de bande. Cela peut également nécessiter une législation différente et meilleure."

Une dernière question sur les données. De nombreuses organisations anti-agriculture diffusent généreusement des données sur la pollution causée par les agriculteurs. On a parfois l’impression que l’agriculture est responsable de tout.
"C'est une distorsion. Prenons le débat sur la qualité de l'eau. Dans les eaux de surface, on trouve sept fois plus de produits pharmaceutiques domestiques que de produits phytosanitaires. L'agriculture est trop acculée dans différents domaines. Elle ne peut pas tirer toutes les charrettes. Les agriculteurs Ils doivent faire face à de nombreux défis. En outre, ils doivent également faire face à une baisse continue de leur marge. Ils doivent croître et se développer pour maintenir leurs revenus. Nous disons : Arrêtez la détérioration des termes de l'échange qui se produit depuis vingt ans. ou trente années consécutives. Nous devons chérir nos agriculteurs, et donc notre sécurité alimentaire. Beaucoup de gens voient le climat comme la plus grande menace. Nous devons prendre soin du climat, mais la sécurité alimentaire est tout aussi importante. Si Si vous regardez l’instabilité du monde, la disponibilité de la nourriture est en jeu en un instant.

Que proposez-vous spécifiquement pour les Pays-Bas ?
"Nous devons maintenir les zones Natura 2000, mais les recalibrer et les regarder sous un angle différent. En outre, nous devons également protéger les zones qui sont réellement destinées à l'agriculture, même si elles ont une empreinte limitée en termes de durabilité, mais il existe des solutions pour que "Nous devons offrir une certitude aux agriculteurs".

Outre le BBB, il y a un autre nouveau venu, qui pêche peut-être en partie dans le même étang, le NSC, le parti de Pieter Omtzigt. Vous faites également appel aux électeurs en partie sur les mêmes thèmes : plus d'esprit communautaire, le retour à des relations « normales », contre une société dans laquelle tout est orienté selon les désirs d'une élite technocratique et où tous les autres sont laissés pour compte. Quelles sont les différences?
"Le BBB défend la dimension humaine, une approche terre-à-terre, s'appuie sur un réel soutien aux agriculteurs et aux campagnes et se préoccupe donc moins du déclin du bétail, par exemple, que le NSC. Ce déclin a été un développement autonome depuis des années. Nous nous concentrons sur les objectifs, pas sur les ressources. Nous sommes également moins partisans des procédures, comme vous le voyez avec le NSC. Vous le comprenez également parce qu'il y a de nombreux anciens membres du CDA dans le parti d'Omtzigt. Ils apportent leurs bagages avec eux Le BBB est différent, plus pragmatique, certainement pas le CDA 2.0."

Le BBB a obtenu d'excellents résultats aux élections du Conseil provincial. N'a-t-elle pas atteint son apogée trop tôt en vue des élections à la Chambre des Représentants ?
"Au printemps dernier, nous étions dans une position très forte. Le NSC n'était pas encore là. Il attirera sans aucun doute aussi les électeurs, mais il y a plus de choix que les trois soi-disant grands prétendants qui sont aujourd'hui les plus représentés par les médias nationaux. . Il y a beaucoup d'électeurs flottants qui ne font leur choix qu'à la dernière minute. J'estime bien nos chances."

Oserez-vous tenter votre chance sur le nombre de sièges ?
"C'est difficile, mais j'attends certainement entre 10 et 20 sièges."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Klaas van der Horst

Klaas van der Horst est un passionné du marché laitier et de tout ce qui s'y rapporte. Il recherche les nouvelles et interprète les développements.

En savoir plus sur

Dossier élections 2023
radar de pluie
Propulsé par Agroweer
commentaires
Commentaires 9
Abonné
xx 31 Octobre 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness.nl/artikelen/10906562/de-landbouw-kan-niet-alle-karren-trek]'L'agriculture ne peut pas tirer toutes les charrettes'[/url]
Il devrait y avoir plus de gens comme ça en politique. Bonne chance Cor
Abonné
assez grossier 31 Octobre 2023
Il est très important d’acquérir des connaissances factuelles.
Surtout partager cela avec les membres/supporters.
Bonne chance Cor.
Abonné
jan janssen 31 Octobre 2023
Cor rate le but sur une chose : les Pays-Bas ne pourront jamais nourrir le monde ! Tous les Néerlandais « intelligents » qui pensent qu’ils sont désespérément nécessaires à l’étranger ont de la place là-bas. J'ai récemment vu une vidéo montrant que les Néerlandais avaient construit une étable pour 4000 XNUMX truies en Hongrie. Notre pays coûte beaucoup trop cher pour l’agriculture, notamment pour la main d’œuvre. Tout doit être bon marché, sinon l'agriculteur n'a aucun revenu. Être réaliste est aussi un trait !!
Abonné
brise marine 31 Octobre 2023
Jan Jansen, vous n'avez pas compris ! L'efficacité des entreprises néerlandaises est si grande qu'elles peuvent travailler avec de bons revenus et avec l'empreinte climatique relativement la plus faible au monde. Il existe encore de nombreuses étapes possibles pour atteindre un niveau supérieur. Pensez aux matières premières recyclées sur les fermes intensives, les serres, les bovins laitiers 5,0 UGV/ha, les porcs de boucherie et reproducteurs, les poulets de chair, les poules pondeuses, les pépinières arboricoles, les pépinières florales. Cela comprend les digesteurs de fumier, la culture de cultures riches en protéines, la réutilisation des nutriments et l'exportation de concentrés vers des pays tiers. Où cela devient-il trop cher en termes de main d'œuvre : dès qu'il faut entretenir la réserve naturelle au rythme du travail social ou pour une agriculture biologique sans rendements plus élevés, cela devient une obligation chez les politiciens à l'ancienne ! En agriculture, on n'a pas besoin de 3 € de l'heure, mais 100 € de l'heure, c'est plutôt sympa, ce qui pour un éleveur veut dire vite x 50 heures = 2000 100.000 € brut, compte tenu des différences entre les entreprises et la gestion de 75 à 150 vaches laitières. Si vous disposez de quelques robots de traite et d'un système d'alimentation automatique, vous pouvez y remédier avec 1500 heures pour l'agriculteur et 1 vacances volantes !
Cor : dites à la campagne que la taxe sur les médicaments humains est 7 fois plus élevée que pour la protection des cultures agricoles dans nos eaux et dans la Randstad, je suppose que 21 fois plus
Abonné
xx 31 Octobre 2023
Cor ne dit pas que les Pays-Bas doivent nourrir le monde entier, mais seulement que nous devons garantir la sécurité alimentaire du Ned.
Abonné
bombe à retardement 31 Octobre 2023
C'est une histoire qui vient du cœur. Une fête intermédiaire, sympa, n'est-ce pas ? Lorsqu’il s’agit de questions éthiques, laissez chacun décider par lui-même. Chacun doit croire par lui-même. C'est bien que cela ait été mentionné par Cor. Bonne chance.
Abonné
pieter 31 Octobre 2023
Pourquoi le vent marin ne veut-il pas 100 euros de l'heure ? Il l’accorde à toute autre personne de la périphérie. La législation et la réglementation dans notre pays sont si complexes que chaque agriculteur a besoin d'un conseiller. Nous sommes devenus beaucoup trop dépendants de toutes sortes de « sages » qui ont à cœur nos meilleurs intérêts. Pendant ce temps, les agriculteurs sont "traités à sec".
Abonné
Peter 1 Novembre 2023
jan jansen a écrit :
Cor rate le but sur une chose : les Pays-Bas ne pourront jamais nourrir le monde ! Tous les Néerlandais « intelligents » qui pensent qu’ils sont désespérément nécessaires à l’étranger ont de la place là-bas. J'ai récemment vu une vidéo montrant que les Néerlandais avaient construit une étable pour 4000 XNUMX truies en Hongrie. Notre pays coûte beaucoup trop cher pour l’agriculture, notamment pour la main d’œuvre. Tout doit être bon marché, sinon l'agriculteur n'a aucun revenu. Être réaliste est aussi un trait !!
C'est dommage que des vidéos de cela ne soient jamais diffusées ; J'ai récemment entendu parler d'un éleveur de porcs qui ne pouvait pas vendre aux pavés son exploitation de 5000 XNUMX truies en Hongrie. Il en avait assez là-bas. Le personnel n’y est pas cher, mais l’éthique du travail est là aussi. Il a préféré choisir du personnel plus cher aux Pays-Bas !
Abonné
gerard 1 Novembre 2023
Dans notre pays, tout est rendu cher avec des coûts supplémentaires qui n'ont plus de valeur, regardez le prix de l'électricité, qui n'est nulle part aussi cher qu'aux Pays-Bas, y compris le diesel et pourquoi
Nous sommes très doués pour injecter de l’argent
et oui, les Néerlandais sont toujours prêts à travailler dur comme indépendants pour un maigre salaire
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Analyse Elections

Politique de l'azote avec PVV à l'ordre du jour, élevage flou

Interview Harm Holman (NSC)

La confiance et la perspective sont revenues, mais aussi moins de bétail

Interview Thom van Campen (VVD)

"Laisser les agriculteurs aux commandes en convainquant Bruxelles"

Interview Tjeerd de Groot (D66)

« Une vision agricole doit être mise sur la table »

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login