Shutterstock

Opinie Hans de Jong

Accrochez-vous, alors 2020 sera heureux

11 Décembre 2020 -Han de Jong

Le ministre de l'Economie Eric Wiebes voit un point positif quelque part, mais la présidente de la banque Christine Lagarde est plus concrète. L'activité industrielle reprend et les camions sont de retour sur l'autoroute allemande. L'économie américaine s'affaiblit. Quelques développements positifs à la fin d'une Annus horribilis.

Pendant de nombreuses années, j'ai travaillé chez ABN Amro en tant qu'économiste en chef. Mon équipe était chargée, entre autres, d'élaborer des scénarios de risques. Il y a environ 15 ans, une pandémie est apparue sur ces listes. Au début, j'ai trouvé ces discussions très intéressantes. Ensuite, il n'y aura pas de pandémie pendant 15 ans.

Avertir constamment d'un risque qui ne se manifeste pas, devient ennuyeux et au fil des années, je me suis désintéressé du sujet. Une pandémie figurait encore régulièrement sur notre liste de risques, mais pour être honnête, ce n'était rien de plus que « passer par les étapes ». De toute façon, je n'ai pas encore tourné le cul à ABN Amro ou la pandémie est là.

Peut-être ai-je échoué en ne prenant pas une pandémie plus au sérieux comme risque que pendant toutes ces années. Pourtant, mon arrière-goût est différent. Nous n'aurions jamais pu imaginer avec certitude comment l'économie se développerait dans un tel scénario. Et même si nous aurions pu le faire, la question est de savoir si la banque aurait pu et aurait pris de nombreuses mesures d'atténuation des risques.

Wiebes voit une lueur d'espoir, Lagarde est plus concrète
Les ministres Wiebes, Hoekstra et Koolmees ont donné cette semaine une conférence de presse sur la prolongation des mesures de soutien économique du cabinet. Les employeurs ont réagi de manière critique au manque de perspective sur le moment où la vie reviendra à la normale. Wiebes a vu la lumière au bout du tunnel, maintenant que le déploiement des vaccins a commencé. Mais il n'a pas été très précis.

La présidente de la BCE, Lagarde, a été précise. La BCE a prolongé ses mesures de soutien de 9 mois jusqu'à fin mars 2022. Il semblait y avoir une justification derrière cela. Selon Lagarde, le consensus parmi les virologues et les épidémiologistes est que la vie normale a été rétablie vers la fin de 2021. L'économie se redressera alors et la BCE veut soutenir cette reprise dans la première phase.

Le Brexit et le plan d'aide américain
D'ici peu, nous saurons si le Royaume-Uni « sortira » de l'UE sans autres accords ou si un accord commercial sera conclu à la dernière minute. Après la visite de Boris Johnson à Bruxelles, j'ai entendu un journaliste de la radio irlandaise dire que de bons progrès avaient été réalisés et qu'un accord était probable. À la radio néerlandaise, j'ai entendu un journaliste dire que rien n'avait été réalisé et qu'il y avait de bonnes chances que le Royaume-Uni « s'effondre » hors de l'union à la fin de l'année.

Je garde espoir. Nous devons réaliser que non seulement les négociateurs doivent parvenir à un accord, ce qui est déjà assez difficile, mais ils doivent également le vendre à leurs partisans. Un accord devient de toute façon un compromis. Si vous revenez à la maison avec un compromis (bien) avant la date limite absolue, vous courez le risque que les critiques soutiennent que vous en avez trop admis. Que vous auriez pu obtenir plus si vous aviez continué à négocier plus longtemps. Par conséquent, ce genre d'accords ne peut être conclu qu'au tout dernier moment.

Accord plus probable que crash
Et comme il me semble évident que les deux parties ont un grand intérêt à s'entendre, je continue à m'attendre à ce qu'un accord soit conclu. À ma grande surprise, les Britanniques ont semblé cette semaine disposés à retirer la législation controversée, rompant l'arrangement précédemment convenu pour la frontière entre l'Irlande et l'Irlande du Nord. Je pense que cela confirme mon point de vue selon lequel un accord commercial est plus probable qu'un "crash".

Aux États-Unis, un accord sur de nouvelles mesures de soutien économique semble également probable. Depuis des mois, démocrates et républicains se disputent de nouvelles mesures alors que l'intensité de la pandémie a fortement augmenté. Divers indicateurs économiques indiquent également que l'économie s'affaiblit à nouveau, maintenant que le soutien de la législation CARES prend fin ou a déjà pris fin.

On me dit parfois que je suis irresponsable d'optimisme. Peut-être. Mais mon estimation est que nous annus horribilis avec quelques signes positifs.

Deuxième vague très différente de la première
L'Europe et les États-Unis sont aux prises avec la deuxième vague corona, ou peut-être la troisième aux États-Unis. Les différences avec le premier sont énormes. Du côté de la pandémie elle-même, il faut noter que le nombre d'hospitalisations, d'admissions en réanimation et de décès est moins élevé que lors de la première vague. On peut aussi dire que la diminution du nombre d'infections, d'hospitalisations, etc. est désormais beaucoup moins rapide qu'après le premier pic.

Les écarts économiques sont, si possible, encore plus grands. Premièrement, le monde entier n'a pas été touché par la deuxième vague. Le virus semble être sous contrôle dans la plupart des pays asiatiques. Cela signifie que l'économie en Asie continue de tourner. Contrairement au printemps, nous n'avons pas à faire face à des problèmes d'approvisionnement maintenant. Cela permet également à l'industrie de continuer pour nous. Les restrictions imposées à la vie publique pèsent sans doute une fois de plus sur le secteur des services. Cependant, ici aussi la baisse est moindre qu'au printemps.

La première image montre la croissance des exportations et des importations de la Chine (aucun chiffre n'a été publié pour janvier de cette année). En novembre, les exportations chinoises étaient supérieures de plus de 21 % à celles de l'année précédente, tandis que les importations étaient supérieures de 4,5 % à celles de l'année précédente. Ces chiffres sont cohérents avec les chiffres publiés ailleurs sur le commerce mondial, le trafic de conteneurs, etc.

Source : flux de données Refinitiv

Taïwan a également publié les chiffres du commerce extérieur pour novembre cette semaine. Les exportations ont augmenté de 12,0 % par rapport à l'année précédente. Cela indique non seulement que le commerce mondial reprend, en particulier dans la région, mais aussi que la numérisation s'accélère dans le monde. Le programme d'exportation de Taiwan est fortement axé sur la microélectronique.

Ma thèse a été que de nombreuses entreprises ont saisi les défis abrupts de leurs modèles de revenus pour accélérer la numérisation. La reprise de l'investissement des entreprises, du moins dans certaines parties du monde, s'observe également au Japon, par exemple, où les commandes de machines en octobre ont été supérieures de 2,8 % à celles d'un an plus tôt. Le premier chiffre de croissance positif depuis novembre 2019.

Peut-être une contraction au T4, mais pas beaucoup après tout
L'économie européenne s'est fortement redressée au troisième trimestre, mais cette reprise est gravement compromise par la deuxième vague corona. La présidente de la BCE, Christine Lagarde, a déclaré hier lors d'une conférence de presse que l'économie de la zone euro se contracterait à nouveau au quatrième trimestre de cette année, mais que le taux de contraction est disproportionné par rapport à ce que nous avons connu au deuxième trimestre. Les récentes données de confiance montrent en effet un affaiblissement en octobre et novembre.

Les premiers chiffres de décembre commencent à tomber. L'indice allemand ZEW, qui mesure la confiance des analystes, a surpris positivement. L'indice des attentes pour l'Allemagne a baissé pendant 2 mois consécutifs, mais s'est légèrement redressé en décembre. Cet indicateur n'est pas le plus avancé, mais c'est le premier disponible. Alors : je croise les doigts.

Source : flux de données Refinitiv

L'amélioration de l'indice ZEW semble cohérente avec le trafic sur la route. En Allemagne, les camions doivent payer des péages sur l'autoroute. L'office statistique allemand, la Bundesbank et le Bundesamt für Güterverkehr publient des chiffres sur le nombre de véhicules payés par cette "Maut". La reprise se poursuit vivement. Il y a plus de camions sur les routes pendant cette période qu'il y a un an.

Source : Statistisches Bundesamt (Destatis), Deutsche Bundesbank, Bundesamt für Güterverkehr (BAG)

La semaine dernière, j'ai déjà signalé que la position de commande de l'industrie allemande se développe fortement. Cette semaine, des chiffres sur la production ont été ajoutés. En octobre, la production industrielle allemande a augmenté de 3,2 % par rapport à septembre, alors que la production avait également augmenté de 2,3 % en glissement mensuel. En comparaison annuelle, il est toujours de -2,7 %, mais il évolue clairement dans la bonne direction.

Source : flux de données Refinitiv

Dans notre propre pays, la production de l'industrie de transformation était encore inférieure de 4,1 % en octobre à ce qu'elle était un an plus tôt. D'un mois à l'autre, il y a eu une augmentation de 2,0 %. La fabrication de machines (-18,1 % en GA) et la réparation et l'installation de machines (-16,5 % en GA) en particulier sont restées faibles. Ce dernier point est remarquable, car ailleurs dans le monde, l'investissement des entreprises semble reprendre.

Source : flux de données Refinitiv

L'inflation dans notre pays était de 0,8 % en glissement annuel en novembre, nettement inférieure aux 1,2 % d'octobre. Mais pas l'observation la plus basse cette année, qui était de 0,7 % par rapport au mois d'août. Incidemment, CBS note qu'il faut faire des estimations pour environ 10% des articles, car ceux-ci ne sont pas disponibles en raison du confinement. La marge d'incertitude entourant les chiffres de l'inflation est donc plus importante que la normale.

Depuis un certain temps, il y a une discussion entre économistes (et aussi entre non-économistes) pour savoir si nous sommes sur la voie d'une inflation significativement plus élevée ou plus faible. Tout dépend de la période à laquelle se rapportent les réflexions. Dans une période de 12 à 18 mois, une inflation nettement plus élevée ne me paraît pas probable. Dans une telle période, les coûts salariaux jouent un rôle important.

L'organisation patronale AWVN publie des chiffres sur les salaires contractuels dans les conventions collectives de travail nouvellement conclues. En février, l'augmentation était encore de 2,96 %, mais en novembre, elle est tombée à 1,69 %. Désormais, les salaires négociés ne sont plus le seul élément des coûts salariaux, mais une telle baisse suggère une atténuation des pressions inflationnistes.

L'économie américaine s'affaiblit
Comme mentionné précédemment, l'économie américaine s'affaiblit quelque peu. La reprise du marché du travail ralentit. Cela est devenu clair la semaine dernière dans le rapport mensuel sur l'emploi de novembre. Les chiffres les plus récents des allocations chômage hebdomadaires confirment le tableau. Au cours de la semaine se terminant le 5 décembre, 853.000 10 nouvelles prestations ont été réclamées, le nombre le plus élevé depuis le 26 octobre. Certes, ces chiffres peuvent fluctuer chaque semaine et peut-être que Thanksgiving (cette année le XNUMX novembre aux États-Unis) a eu un impact sur les chiffres récents.

Un autre signe d'une économie un peu plus faible aux États-Unis vient de la Fédération nationale des entreprises indépendantes. Cet organisme mesure la confiance des entrepreneurs de PME. En novembre, l'indice est passé de 104,0 à 101,4. Il souligne la nécessité de freiner le virus et d'introduire de nouvelles mesures de soutien économique de la part du gouvernement.

Source : flux de données Refinitiv

Hans de Jong

Han de Jong est un ancien économiste en chef chez ABN Amro et maintenant économiste résident chez BNR Nieuwsradio, entre autres. Ses commentaires peuvent également être trouvés sur Crystalcleareconomics.nl

Opinie Hans de Jong

Les perspectives d’inflation restent incertaines

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt de la zone euro seront les premiers à baisser"

Podcast Monnaie avec Joost Derks

La perspective d’une baisse des taux d’intérêt rend les marchés ravis

Actualités Financier

L’inflation alimentaire diminue aux Pays-Bas et dans la zone euro

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login