Stuart Boulton / Shutterstock.com

Opinie Joost Derk

Le marché des changes anticipe un Brexit dur à la Johnson

11 Juillet 2019 - Commentaires 3

Malgré une défaite lors d'un débat télévisé, il est presque inévitable que Boris Johnson soit nommé chef du Parti de la conservation et nouveau Premier ministre le 22 juillet. La pression monte déjà sur lui pour qu'il quitte l'UE même sans accords appropriés.

La bataille pour le poste de Premier ministre britannique est terminée. Le secrétaire d'État Jeremy Hunt a fait visiter la salle à son prédécesseur Johnson lors d'un débat mardi soir. Lorsqu'on lui a demandé s'il démissionnerait si la Grande-Bretagne ne parvenait pas à se retirer de l'UE au plus tard le 31 octobre, Johnson n'allait pas beaucoup plus loin que ce que le journaliste critique du Guardian, John Crace, résume bien comme "Piffle paffle wiffle waffle". Dans ses chroniques et ses livres, Johnson frappe souvent juste le bon accord, mais dans un débat direct, il est trop souvent muet.

Défaite sans conséquences
La bonne nouvelle pour Johnson est que la défaite dans le débat télévisé importe peu. Il a été assez malin pour ne lancer la discussion qu'au moment où une très grande partie des membres du parti ont déjà voté dans le bus. On peut aussi se demander si la guerre des mots a beaucoup influencé le choix des membres du Parti conservateur. Selon les bureaux de paris, la victoire de Johnson ne peut plus être manquée. Pour chaque livre que vous pariez sur sa victoire, vous recevrez un maximum de 1,07 livre en une semaine et demie. Pour Hunt, c'est un énorme 10 à 14 livres. La mauvaise nouvelle pour les Britanniques compétitifs est que l'avantage en euros pourrait bientôt valoir beaucoup moins.

Battre fort
Les marchés des changes ont déjà pris une grande avance sur une victoire de Johnson. La livre a chuté de plus de 5% face à l'euro après la première semaine de mai. Johnson a déclaré qu'il n'avait pas peur d'un Brexit dur sans de bons accords. Dans ce scénario, les frontières avec l'UE se fermeront le 31 octobre, de sorte que la libre circulation des personnes et des biens prendra fin d'un seul coup. On estime que les dommages économiques à la Grande-Bretagne atteindront 250 milliards de livres sterling au cours de la prochaine décennie.

La tête baissée dans le marais
Pourtant, il y a de fortes chances que Johnson préfère supporter cette douleur plutôt que de contrarier les membres du Parti conservateur. Pas moins de 54% d'entre eux souhaitent même aller jusqu'au bout du Brexit si cela signifiait la fin de leur propre parti. Il ne veut pas non plus s'empêtrer dans le même bourbier de report et de tours de scrutin sans espoir dans lequel son prédécesseur Theresa May a déjà sombré. Il y a donc de fortes chances que le langage de Johnson en tant que Premier ministre soit bientôt beaucoup plus décisif que piffle paffle wiffle waffle.  

boerenbusiness. Nl

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanFirst. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Dossier BrexitJoost Derk
commentaires
Commentaires 3
jan veltkamp 12 Juillet 2019
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[URL=http://www.boerenbusiness.nl/column/10883229/valutamarkt-voorzit-harde-brexit-la-johnson]Valutamarkt prévoit un Brexit dur à la Johnson[/url]
On parle toujours des dégâts. Parlons un instant des revenus du Royaume-Uni. Tout simplement, beaucoup moins d'import (mais à un prix plus élevé) et beaucoup plus d'export. Et cela signifie beaucoup plus d'opportunités d'emploi au Royaume-Uni et proportionnellement des recettes fiscales beaucoup plus élevées et des dépenses beaucoup plus faibles ou nulles pour Bruxelles.
Benjamin van der Lingen 13 Juillet 2019
@jan Veldkamp. Comment faites-vous pour qu'il y ait plus d'exportations? Toutes les prédictions indiquent le contraire. L'emploi en souffrira également beaucoup. Je ne vois pas comment les Britanniques en tireront un quelconque avantage économique.
Jupe 13 Juillet 2019
Les Brexiteers ont tout à fait raison dans leur cas, rester aux commandes peut coûter un peu.
Devoir toujours attendre et voir ce que veut l'UE devient maintenant une agonie.
NL n'est pas dans le luxe d'avoir cette option, si seulement...
Vous ne pouvez plus répondre.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception

Opinie Joost Derk

La crise de la salade donne à la Banque d'Angleterre un dilemme diabolique

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"La hausse des taux d'intérêt fera vraiment son travail"

Opinie Joost Derk

Qui ose freiner les taux d'intérêt ?

Opinie Joost Derk

Plus de blagues idiotes sur le Brexit ?

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception