Shutterstock

Opinie Joost Derk

Est-ce la menace majeure qui pèse sur le dollar ?

1 Septembre 2023 -Joost Derks

L’opposition au dollar s’accroît dans les pays émergents. Des pays comme la Chine, le Brésil et la Russie préfèrent ne pas utiliser la monnaie américaine pour leurs transactions mutuelles. Cependant, l’introduction d’une pièce distincte des Brics est encore un avenir lointain.

Au cours de la première décennie de ce millénaire, les pays dits Brics ont volé la vedette sur le plan économique. L’Inde et la Chine, en particulier, ont vu leur économie croître à une vitesse fulgurante, grâce à un secteur d’exportation en plein essor, à d’importants investissements gouvernementaux et à une consommation locale croissante. Cette croissance a été un bon stimulant pour les principaux exportateurs de matières premières, comme le Brésil, la Russie et l'Afrique du Sud. La société dite Brics a uni ses forces. En 2009, les cinq se sont rencontrés à Ekaterinbourg pour voir comment ils pourraient défendre au mieux leurs intérêts économiques communs. La semaine dernière, le quinzième cycle de consultations a eu lieu à Johannesburg, en Afrique du Sud. Les participants se sont accordés sur un sujet : il faut se débarrasser du dollar au plus vite.

Ensemble contre le dollar
Les pays émergents représentent environ 60 % de l’économie mondiale. Mais sur les marchés des changes, ils ne jouent aucun rôle significatif. Selon une étude de la banque d'investissement Goldman Sachs, le dollar américain est impliqué dans 42,6 % de toutes les transactions de change. Par exemple, cela représente 31,7 % pour l’euro et 6,5 % pour la livre sterling. Dans ce classement, le renminbi chinois, en tant que première monnaie émergente, n'arrive qu'au cinquième rang avec une part de 2,5 % seulement. L’introduction d’une monnaie commune devrait changer cela. Le président brésilien Lula da Silva a déjà suggéré de développer une pièce spéciale Brics. Mais en pratique, il est impossible de coordonner les politiques monétaires des différents pays. Ne serait-ce que parce que le groupe Brics s'est élargi à six nouveaux pays lors de la réunion.

Pièce de monnaie Brics ? Essayez d'abord le sur
Ce n’est pas la première fois que Lula s’oppose au dollar. Il avait précédemment proposé une monnaie distincte pour gérer le commerce en Amérique latine. En collaboration avec l'Argentine, un nom avait déjà été trouvé pour la monnaie : le sur. Toutefois, l’introduction est difficile car les différences économiques entre les deux pays sont énormes. Le Brésil, par exemple, dispose de réserves de devises étrangères d’environ 300 milliards de dollars. D’un autre côté, sans le soutien du Fonds monétaire international, l’Argentine aurait fait faillite depuis longtemps. Et tandis que la banque centrale indépendante du Brésil parvient à maîtriser l'inflation, le pays voisin échappe complètement à tout contrôle avec une inflation dépassant les 100 %.

Petit coup de poing contre la monnaie américaine
Même si les échanges commerciaux entre pays émergents connaissent une forte croissance, la grande majorité des exportations vers le monde développé disparaissent. Et tout cela se fait en dollars. Mais d’une certaine manière, les Brics semblent déjà s’attaquer à la monnaie américaine. Le dollar représente environ 59 % des réserves de change des banques centrales du monde Brics, contre 2015 % en 66. Du point de vue des Brics, ce serait une bonne mesure de convaincre les pays émergents de détenir davantage de renminbi chinois ou de réal brésilien comme réserves. Mais tant que l’accent est mis sur des initiatives désespérées comme la pièce Brics, le monde du dollar n’a rien à craindre.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt seront certainement plus bas à la fin de l'année"

Opinie Joost Derk

Le Brésil et le Chili sont loin devant l'UE et les États-Unis en termes de taux d'intérêt.

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception