Shutterstock

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

14 février 2024 -Joost Derks

La Turquie a nommé Fatih Karahan nouveau président de la banque centrale au début du mois. Il vise à réduire considérablement l’inflation. Mais le niveau qu’il vise d’ici la fin de cette année est à la fois absurdement élevé et assez ambitieux.

Le départ de Hafize Erkan de la banque centrale turque a durement frappé le monde financier. La douleur n’était pas tant dans le message selon lequel le marteau a été passé assez rapidement, car cela s’est déjà produit quatre fois depuis 2020. C’est surtout la raison de la démission qui retient l’attention. Erkan a démissionné après avoir été accusée d'avoir accordé des prestations à son père et à d'autres proches. À la fin de l'année dernière, elle a fait la une des journaux en emménageant avec sa famille chez ses parents, car elle ne pouvait pas acheter de maison à Istanbul en raison de la montée en flèche de l'inflation. En tant que présidente de la banque centrale, son rôle devrait être de maîtriser l’inflation.

Obstinément contre la théorie
À première vue, on ne remarque pas grand-chose de ce dernier, car l'inflation n'est pas inférieure à 65 %. Cependant, sous l’administration d’Erkan, la banque centrale a pris une toute nouvelle direction. Ses prédécesseurs ont abaissé les taux d’intérêt sous la pression du président Recep Tayyip Erdoğan. Bien que tous les manuels économiques affirment que des taux d’intérêt plus élevés constituent l’un des meilleurs remèdes contre une inflation élevée, il ne voulait pas courir le risque que cela freine trop la croissance économique. Cette approche est en contradiction avec les hausses de taux d’intérêt avec lesquelles les banques centrales d’Europe et des États-Unis, entre autres, ont réussi à contrôler la hausse de l’inflation au cours des deux dernières années.

Intérêts de 8,5 à 45 pour cent
Plus tôt dans sa carrière, Erkan a travaillé aux États-Unis, entre autres pour Goldman Sachs et First Republic. Ce contexte lui a permis de passer plus facilement à l’approche occidentale. En un peu plus de six mois, Erkan a augmenté le taux directeur de 8,5% à 45%. Comparées à ce choc des taux d’intérêt, les augmentations de taux d’intérêt de la Banque centrale européenne et de la Réserve fédérale sont un jeu d’enfant. Karahan, qui a pris ses fonctions cette semaine, est convaincu qu’il lui suffit pour l’instant d’attendre que l’inflation baisse. Il s’attend à ce que l’inflation atteigne environ 36 % d’ici la fin de cette année. Bien entendu, cela reste un niveau absurdement élevé.

Gonflage entre les oreilles
La question est également de savoir si l’inflation va réellement baisser à ce point. La population turque s’est habituée à une inflation vertigineuse ces dernières années et a désormais adapté ses actions économiques en conséquence. Tant qu’aucun véritable redressement n’aura lieu à cet égard, il sera très difficile de maîtriser réellement l’inflation. Ce risque se reflète dans le taux de change de la lire. Normalement, la hausse des taux d’intérêt donne un coup de pouce à la monnaie en question. Mais malgré la forte hausse des taux d'intérêt, la lire a chuté de plus de 30 % par rapport à l'euro depuis mai de l'année dernière. Peu de temps après l’entrée en fonction de Karahan, le prix le plus bas jamais atteint a été atteint. Jusqu’à ce qu’il montre qu’il est prêt à aller très loin – comme en augmentant le taux directeur au-dessus de l’inflation – la lire continuera sa chute libre.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Opinie Joost Derk

Le rallye pétrolier laisse les devises pétrolières sensiblement froides

Opinie Joost Derk

Le franc va-t-il se redresser après un faux départ en 2024 ?

Podcast Monnaie avec Joost Derks

La perspective d’une baisse des taux d’intérêt rend les marchés ravis

Opinie Joost Derks

Le calme sur le marché des changes n’augure rien de bon

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login