Shutterstock

Opinie Hans de Jong

Les Pays-Bas s'attendent à une forte croissance au deuxième trimestre

22 mai 2021 -Han de Jong

L'économie néerlandaise était en récession au premier trimestre de cette année. Nous sommes maintenant hors de cela. Les chiffres du produit intérieur brut (PIB) de ce deuxième trimestre en cours seront solides. Le commerce mondial continue de se redresser, mais la reprise américaine s'essouffle.

Les chiffres du PIB pour le premier trimestre confirment que l'économie néerlandaise a connu une récession au dernier trimestre de l'année dernière et la première cette année. Au premier trimestre, le PIB en volume a diminué de 1 % en glissement trimestriel, après s'être contracté de 0,5 % au cours des trois mois précédents. Le PIB au premier trimestre était toujours de 0,1 % inférieur à celui d'un an plus tôt et de 3 % inférieur à celui juste avant la pandémie.

La détérioration des chiffres du corona et le confinement strict ont poussé la "croissance" de la consommation privée à -3,5 % d'un trimestre sur l'autre. Le commerce extérieur a apporté une contribution positive à la croissance, bien qu'un peu moins importante que ce à quoi je m'attendais. L'investissement des entreprises, en revanche, a surpris positivement.

Source : flux de données Refinitiv

Lorsque les chiffres du PIB ont été publiés, Statistics Netherlands n'avait publié que les données de janvier et février pour les investissements en immobilisations corporelles. Sur cette base, j'ai supposé que l'investissement du premier trimestre apporterait une contribution négative à la croissance du PIB. Mais ils ont en fait augmenté de 1 % en glissement trimestriel. Il s'est avéré que c'était jusqu'en mars.

Au cours de ce mois, l'investissement a dépassé de 9,5 % celui de l'année précédente. Ce chiffre a peut-être été légèrement flatté par un effet de base. Après tout, la pandémie a eu un impact clair sur l'activité des entreprises en mars il y a un an. Toutefois, cela s'est appliqué dans une moindre mesure aux investissements, qui ont apparemment réagi avec un certain retard.

Un effet de base important se produira en avril et surtout en mai. Ensuite, les chiffres d'une année sur l'autre « explosent ». Le graphique ci-dessus montre également que le « sentiment économique » que la Commission européenne compile à propos de notre pays est un bon prédicteur à court terme du PIB. La hausse récente de cet indice offre donc une perspective.

Fort signal d'espoir pour l'investissement des entreprises
Retour aux investissements. Le fait qu'ils aient été si forts en mars est bien sûr bienvenu et nous espérons que cette évolution positive se poursuivra, bien que CBS indique que mars a eu un jour ouvrable de plus cette année que l'année dernière, ce qui n'est pas corrigé dans ces chiffres. Les dépenses de consommation des ménages ont également été beaucoup plus fortes en mars qu'en janvier et février. Tout cela signifie que le premier trimestre s'est terminé en force.

Et nous verrons cela se refléter dans les chiffres du PIB du deuxième trimestre en temps voulu. Pour les nerds des chiffres (comme moi) : il y a probablement un « effet d'entraînement » significatif. Bien sûr, tout cela est sans préjudice du fait que certains secteurs et un grand nombre d'entrepreneurs peinent à profiter pleinement de la reprise économique, faute de ressources pour réaliser les investissements nécessaires. Espérons que le gouvernement viendra à la rescousse ici.

Source : flux de données Refinitiv

L'aviation est un secteur qui continue de faire face à des défis majeurs. L'image suivante montre que le nombre de vols et le nombre de passagers via Schiphol ne montrent pas encore une nette reprise. Avec le fret, c'est une autre histoire et ce n'est pas surprenant. Il ne fait aucun doute que les chiffres de Schiphol s'amélioreront de manière significative dans les mois à venir.

Source : Schiphol

Le Royaume-Uni se développe vigoureusement, l'industrie allemande en difficulté
Les différents rapports d'IHS Markit sur la confiance des entreprises en mai fournissent des informations intéressantes. L'économie britannique prend de l'ampleur de manière impressionnante. Le processus de vaccination est bien en avance sur le nôtre et cela se voit. La confiance des entreprises dans l'industrie a atteint un niveau record en mai (la série commence en 1992). La confiance dans le secteur des services au Royaume-Uni a atteint son plus haut niveau en 91 mois.

La confiance s'est également améliorée dans la zone euro, tant dans le secteur des services que dans l'industrie manufacturière. Mais moins qu'au Royaume-Uni et il y avait des différences notables entre l'Allemagne et la France. En Allemagne, la confiance dans les entreprises industrielles s'est légèrement repliée, certes à partir d'un niveau très élevé, mais quand même… En France, la confiance dans l'industrie s'est même améliorée.

Pénurie mondiale de puces
Le commentaire du communiqué de presse sur l'Allemagne mentionne assez catégoriquement les problèmes de livraison. Dans l'enquête, 79 % des répondants allemands ont déclaré avoir subi des livraisons tardives d'intrants. C'est un record pour cette série. La différence avec la France tient peut-être au poids plus important de l'industrie automobile en Allemagne. Selon les histoires, ce secteur souffre davantage de la pénurie mondiale de puces.

Les entrepreneurs allemands ont des carnets de commandes bien remplis, mais ils sont moins positifs à ce sujet en mai qu'en avril. Selon Markit, les clients passent moins de commandes car les livraisons sont retardées et ils ne peuvent donc pas produire intégralement. Cela commence à ressembler à un mécanisme auto-entretenu. Dans ces circonstances, il est logique que les prix augmentent de plus en plus vite. Dans quelle mesure cela se traduit par une inflation au niveau des consommateurs et combien de temps dure une inflation plus élevée dépend de plusieurs facteurs. Les problèmes et les dangers s'aggravent au fur et à mesure que les défis logistiques durent.

Le commerce mondial continue de croître
Parallèlement, la reprise du commerce mondial se poursuit. Cette semaine, la Corée et Taïwan ont publié leurs chiffres du commerce extérieur d'avril. Les effets de base ont entraîné des taux de croissance d'une année à l'autre de plus de 40 %. Mais cela ne veut pas dire grand-chose. C'est pourquoi dans l'image suivante, je montre un index des valeurs, où j'ai fixé la moyenne de 2018 à 100.

Source : flux de données Refinitiv

Les statisticiens chinois ont publié cette semaine les chiffres d'avril pour un certain nombre d'indicateurs économiques clés. La production industrielle était supérieure de 9,8 % à celle d'un an plus tôt. Les effets de base jouent également un rôle ici, quoique dans une mesure limitée. En avril de l'année dernière, la croissance était de 3,9 % en glissement annuel. Ainsi, sur 24 mois, la production a été supérieure de plus de 13 %. Ceci est en ligne avec le taux de croissance de plus de 6% par an. Cela confirme que la Chine a entièrement rattrapé la perte de production causée par la pandémie.

Les ventes au détail chinoises ont augmenté de 17,7 % en avril par rapport à avril 2020. Ensuite, la variation d'une année sur l'autre a été de -15,8 %. Les ventes au détail n'ont donc certainement pas compensé la perte liée à la pandémie. Il peut s'agir d'une perte permanente.

Croissance solide aux États-Unis, mais ralentissement de la dynamique
L'économie américaine est en proie à une récession à double creux, comme l'ont vécu de nombreux pays européens. Cela est sans aucun doute dû en grande partie aux différents plans de relance, dans lesquels d'importantes sommes d'argent ont été accordées aux familles. Cependant, l'économie américaine est maintenant en perte de vitesse. Ce n'est bien sûr pas surprenant.

Il a été décidé en décembre d'envoyer des chèques de 600 USD par personne éligible et un autre chèque de 1.400 XNUMX USD en mars. Cela conduit naturellement à une impulsion directe de dépenses. Non pas que tout cet argent soit dépensé immédiatement, mais une grande partie l'est. Deux indices régionaux de confiance des entreprises, l'indice Philly Fed et l'indice Empire State de la Réserve fédérale de New York, ont chuté en mai, même s'ils continuent certainement d'indiquer une croissance solide et continue.

La Fed de Philadelphie avait inclus des questions spéciales sur les hausses de prix dans son enquête mensuelle. L'augmentation moyenne attendue des prix propres au cours des 4 prochains trimestres est de 5 %. La même question a été posée en février. À l'époque, les entreprises s'attendaient à augmenter leurs prix de 3 % en moyenne. C'était déjà un peu plus que l'augmentation de 2,3 % effectivement mise en œuvre au cours des 12 mois précédents. Désormais, les entreprises s'attendent également à ce que leurs coûts salariaux augmentent de 4 %. Ils ont augmenté de 12 % au cours des 3 derniers mois. L'incertitude entourant les perspectives d'inflation persiste…. À suivre…

Source : flux de données Refinitiv

Hans de Jong

Han de Jong est un ancien économiste en chef chez ABN Amro et maintenant économiste résident chez BNR Nieuwsradio, entre autres. Ses commentaires peuvent également être trouvés sur Crystalcleareconomics.nl

Opinie Hans de Jong

Finances, le nouveau cabinet devra apporter des changements

Opinie Hans de Jong

Hourra, hourra, croissance économique

Opinie Hans de Jong

Les choses ne vont pas bien pour l’industrie allemande

Opinie Hans de Jong

Hourra, reprise dans l’industrie néerlandaise

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

Vous souhaitez nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login