Shutterstock

Opinie Joost Derk

Sunak mérite une grosse augmentation de salaire

27 Octobre 2022 -Joost Derks

Contrairement à son prédécesseur Liz Truss, le nouveau Premier ministre britannique Rishi Sunak n'a pas de plans spectaculaires pour lutter contre le malaise économique et la forte inflation. Mais avec cette attitude attentiste, il a déjà récupéré deux fois son généreux salaire.

Lorsque Rishi Sunak a fait campagne pour le poste de Premier ministre cet été, les discussions portaient souvent sur l'argent. Avec une fortune estimée à 730 millions de livres sterling, Sunak est encore plus riche que le roi Charles, qui l'a assermenté au début de cette semaine. Avant d'entrer en politique, Sunak a travaillé comme analyste à la banque d'investissement Goldman Sachs et a été partenaire de plusieurs fonds spéculatifs très rentables. Bien qu'il ait été multimillionnaire avant la trentaine, la grande majorité de sa fortune provient de sa femme. La participation d'Akshata Murty dans la société informatique Infosys, fondée par son père, vaut des centaines de millions de livres. Vu sous cet angle, son salaire actuel n'est qu'un salaire de misère.

Salaire de famine ou salaire maximum ?
Le salaire annuel d'un Premier ministre britannique est de 164.080 115.000 £. En plus de cela, il y a un montant pouvant aller jusqu'à 279.080 320.000 £ en compensation des frais qu'il encourt pour ses apparitions publiques. Ensemble, cela représente 13 XNUMX £, soit plus de XNUMX XNUMX €. Pour une telle compensation, on s'attendrait à ce que Sunak explique dans un discours passionné immédiatement après son entrée en fonction quelle direction il va prendre. D'autant plus que lors de sa bataille pour le poste de premier ministre contre Truss, il a eu toutes les occasions de se plonger dans les problèmes auxquels le Royaume-Uni est confronté. Il semble que le pays soit entré dans une profonde récession, alors que l'inflation est montée à plus de XNUMX%.

2 milliards de livres en 81 secondes
Au lieu de cela, dans un discours court et sombre, il a déclaré que le pays traversait une période très difficile. Pendant les 81 secondes qu'a duré le discours, il n'a pas non plus divulgué de plan d'action clair. Cela ressemblait à une désactivation. Mais financièrement, le poste de premier ministre de Sunak est bien parti. Sur le marché des capitaux, le rendement des obligations d'État britanniques à dix ans est passé de plus de 4 % à moins de 3,6 %. Cela peut sembler peu. Mais cette image change si l'on considère que le pays devra emprunter environ 500 milliards de livres sterling au cours des deux prochaines années pour refinancer les obligations d'État arrivant à échéance et combler le déficit budgétaire. Sans ce petit différentiel de taux d'intérêt, le Royaume-Uni pourrait potentiellement perdre 2 milliards de livres sterling de plus par an en charges d'intérêts.

Pound dans des eaux plus calmes
L'avantage se répercute aussi directement dans l'économie. Les taux hypothécaires sont liés au taux d'intérêt du marché des capitaux. Chaque livre que les Britanniques ne perdent pas en intérêts hypothécaires l'année prochaine, ils peuvent les dépenser pour d'autres choses. Contrairement à Truss, Sunak respire le calme et la prévisibilité. Ce sont deux choses très appréciées sur les marchés financiers. Tant qu'il adopte une approche par étapes et qu'il ne lance pas de plans coûteux et pompeux pour régler les problèmes, les taux d'intérêt pourraient encore baisser. Pendant ce temps, la livre britannique s'est calmée sur les marchés des changes, après une forte baisse en août suivie d'une solide reprise. Bien que le régime de Sunak ne se soit pas encore distingué par des paroles ou des actes décisifs, il mérite clairement le bénéfice du doute selon le monde financier et monétaire.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk

Podcast Monnaie avec Joost Derks

"Les taux d'intérêt de la zone euro seront les premiers à baisser"

Opinie Joost Derk

Roupie : de monnaie fragile à super monnaie

Opinie Joost Derk

Le rallye pétrolier laisse les devises pétrolières sensiblement froides

Opinie Joost Derk

Le franc va-t-il se redresser après un faux départ en 2024 ?

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login