Shutterstock

Opinie Joost Derk

Cette erreur avec le taux d'intérêt se fera durement sentir en 2024

2 février 2023 -Joost Derks - Commentaires 2

On estime qu'il faudra environ un an et demi pour qu'un ajustement des taux d'intérêt de la banque centrale devienne visible dans l'économie. Il y a de fortes chances que les hausses de taux d'intérêt que la BCE met actuellement en place paraissent moins opportunes en 2024 avec effet rétroactif.

Cet après-midi, Christine Lagarde, en tant que présidente de la Banque centrale européenne (BCE), a annoncé que le taux directeur serait relevé de 50 points de base à 2,5 %. De plus, elle a anticipé une nouvelle hausse des taux lors de la prochaine réunion du 16 mars. À première vue, il y a peu de raisons de contester cette décision. En janvier, l'inflation dans la zone euro était de 8,5 %. Bien que ce soit légèrement inférieur aux 9,2 % de décembre, le niveau actuel est largement supérieur à l'objectif de la BCE d'un peu moins de 2 %. Pourtant, la question est de savoir si la politique actuelle semble toujours aussi intelligente quand on y repense en 2024 et 2025.

Sur le bord de la route ou dans la glissière de sécurité
Selon les estimations des économistes et des banquiers centraux, il faudrait 18 à 24 mois pour que les modifications des taux d'intérêt de la BCE deviennent visibles dans l'économie réelle. La politique de taux d'intérêt peut donc être comparée à une tentative de maintenir la voiture sur la route, tandis que les roues réagissent aux mouvements de la direction avec un retard d'une dizaine de secondes. Avant de vous en rendre compte, vous êtes sur le point ou vous vous retrouvez dans la barrière de sécurité. Il se pourrait que le parcours actuel de la BCE se termine également de cette manière. De nombreux facteurs qui ont alimenté l'inflation l'année dernière – tels que la hausse des prix de l'énergie en raison de la guerre en Ukraine, les problèmes de chaîne d'approvisionnement et un dollar cher – entraînent maintenant une baisse constante de l'inflation.

A quoi servent les salaires ?
Par exemple, le prix du baril de pétrole Brent est déjà inférieur de plus de 5 % aux près de 90 dollars il y a douze mois. Si rien d'étrange ne se produit, cette différence deviendra encore plus grande dans un proche avenir. En mars 2022, le prix du pétrole a grimpé à plus de 120 dollars. Cependant, la BCE a un plus grand œil sur les questions qui poussent structurellement l'inflation, avec l'évolution des salaires en tête de liste. Les fortes revendications salariales des syndicats indiquent que le danger d'une spirale salaires-prix ne peut être ignoré. Cependant, les nombreuses séries de licenciements dans les grandes entreprises technologiques indiquent que la position des employés n'est pas aussi forte qu'on pourrait le penser.

Un coup de pouce sur les taux d'intérêt
Au total, il y a de fortes chances que la BCE commette une erreur de pilotage avec sa politique actuelle. Lagarde jette le volant encore plus à gauche, tandis qu'un virage à droite est déjà visible un peu plus loin. Si les hausses de taux d'intérêt en 2024 et 2025 se font sentir à un moment où l'économie européenne se refroidit déjà, ce sera assez douloureux. Lagarde se verra probablement obligée de donner à nouveau trop de force au pilotage des taux d'intérêt. Mais pour l'instant, la hausse des taux d'intérêt joue un rôle clé sur les marchés des changes. La perspective d'un resserrement progressif de l'écart de taux d'intérêt avec les États-Unis s'est traduite par un gain de 2 % de l'euro face au dollar depuis le début de l'année.

Joost Derk

Joost Derks est spécialiste des devises chez iBanPremier. Il a plus de vingt ans d'expérience dans le monde des devises. Cette colonne reflète son opinion personnelle et n'est pas conçue comme un conseil professionnel (d'investissement).

En savoir plus sur

Joost Derk
commentaires
Commentaires 2
Abonné
Insider 3 février 2023
C'est en réponse à cela Boerenbusiness article:
[url = https: // www.boerenbusiness[/URL]
Pendant 20 ans, 3 choses ont été très favorables à l'économie : les matières premières, les intérêts et les salaires sont devenus de moins en moins chers. Cela a changé depuis 1 an et maintenant ces 3 choses vont dans l'autre sens. cela prend aussi 10 ans.
L'Europe est très faible sur la scène mondiale et ni la BCE ni le club ivoire non élu de Bruxelles-Strasbourg ne pourront changer cela en mieux. Le veulent-ils ?
Abonné
Zélande 3 février 2023
Insider est aussi un prophète qui mange du pain, tout comme Lagarde. Seuls Fraans Timmermans et Diederik Samson mangent déjà des insectes. Si Poutine persévère et pourquoi pas ? alors il restera peu de chose de cette prophétie. Dans tous les cas, vous avez peu d'insectes pendant des années.
Attention à mes mots !
Vous ne pouvez plus répondre.

Quelles sont les cotations actuelles ?

Consultez et comparez vous-même les prix et les tarifs

Opinie Joost Derk

L’objectif d’inflation de la Turquie est aussi absurde qu’ambitieux

Opinie Joost Derk

Les incendies de banque sont bons pour le dollar

Opinie Joost Derk

Le moment d’horreur pour le yen se rapproche

Opinie Joost Derk

L’Amérique choisit, le dollar perd ?

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception