Bayer CropScience

Présenté par Bayer CropScience

"Nous voulons tirer le meilleur parti des pommes de terre féculières"

2 Juin 2023

« Nous sommes peut-être un agriculteur arable à temps partiel, mais cela ne veut pas dire que nous ne faisons qu'ajouter à notre entreprise. Non, nous voulons tirer le meilleur parti des cultures et aussi investir massivement dans l'entreprise. C'est ce qu'affirme Hans Supèr, qui dirige une ferme arable sous contrat à Sibculo (Overijssel) avec sa femme Gea et ses fils Thomas et Steven. Bien que le VOF ait principalement investi dans la culture de l'oignon ces dernières années, les pommes de terre féculières restent une branche importante de l'entreprise.

« Soyons clairs : pour le moment, les pommes de terre féculières ne sont plus le seul gros bouchon sur lequel tout flotte. Ces dernières années, l'accent s'est de plus en plus mis sur les oignons, car ils se portent très bien ici. Les investissements Nous avons donc vont principalement à cette culture, comme une deuxième récolteuse d'oignons, avec laquelle nous effectuons également les travaux contractuels nécessaires.''

Au début de la conversation, Hans Supèr mentionne immédiatement le « changement de statut » des pommes de terre féculières dans le plan de culture. Selon lui, la culture est soumise à une pression considérable et il existe une concurrence considérable sur les prix de la part de l'industrie de la pomme de terre en flocons et en chips. Et la culture de l'oignon est également devenue une alternative intéressante pour de nombreux producteurs. « Avebe devra donc faire de son mieux pour garder les producteurs à bord. Le prix doit vraiment augmenter considérablement dans les années à venir », dit-il.

Hans Supèr (à gauche) dirige une ferme arable à Sibculo (Overijssel) avec sa femme Gea et ses fils Thomas et Steven. Ils cultivent des pommes de terre féculières, des betteraves à sucre, de l'orge d'hiver et des oignons de semence sur environ 50 hectares. Wout Ballast est spécialiste des cultures chez Agrifirm.

De 1 à 2 à 1 à 3 pommes de terre féculentes
Bien que l'agriculteur de grandes cultures ne veuille certainement pas se débarrasser des pommes de terre féculières, la rotation sera réduite de 1 à 2 à 1 à 3 cette saison, bien que la superficie de 18 hectares reste plus ou moins la même en raison de un achat de terrain récent. La rotation des cultures plus large est principalement destinée à donner plus de repos au sol et à bien contrôler les nématodes. Ce dernier point est une raison importante pour que Supèr reste fidèle à la culture de l'amidon. « Avec des variétés d'amidon hautement résistantes, nous parvenons à contrôler les nématodes. Avec les variétés de flocons et de chips, j'ai peur que nous revenions à la case départ. Je ne veux tout simplement pas faire ça.

Ces dernières années, l'entreprise a expérimenté différentes variétés. La saison dernière, il s'agissait d'Altus, Axion, Avamond et BMC. Cette année, le vétéran Festien pourrait encore être ajouté en raison de ses bons et surtout certains rendements. "Festien ne nous a jamais laissé tomber ces dernières années. Et c'est une bonne idée - d'autant plus que nous passons beaucoup de temps à l'extérieur et que nous devenons de plus en plus occupés avec les oignons. Nous devons juste voir si cette variété est toujours bonne en ce qui concerne les nématodes. sont concernés. « Nous » fait référence à Wout Ballast d'Agrifirm - qui est également présent à la réunion. Il est une source importante de soutien pour l'entreprise, surtout pendant la saison de croissance, dit Supèr. "Je travaille moi-même à l'extérieur de la maison pendant trois jours dans une entreprise métallurgique. Et mes deux fils Thomas et Steven sont absents de la maison pendant presque toute la semaine de travail. Nous ne voyons donc pas nos récoltes tous les jours - et c'est certainement pendant ' conditions météorologiques dangereuses ou périodes à forte pression de maladie C'est un risque. C'est bien que Wout parcoure ensuite les cultures avec nous, signale tout problème et en discute avec nous.

Certitude et flexibilité dans le calendrier de pulvérisation
En matière de protection des cultures, la société Supèr préfère opter pour une combinaison de sécurité et de flexibilité. "Comme nous travaillons beaucoup à l'extérieur de la maison, nous ne pouvons pas utiliser toutes les heures de la journée pour pulvériser. La fiabilité opérationnelle, mais aussi une certaine flexibilité dans le calendrier de pulvérisation sont donc importantes pour nous. Après tout, nous voulons tirer le meilleur parti de notre cultures ; cela n'est possible que si vous les gardez en bonne santé et vitales jusqu'à la toute fin », déclare le cultivateur. Le contrôle du phytophthora, mais aussi celui de l'alternaria, est donc pris très au sérieux. Ballast dit que le contrôle de l'alternaria a été plus ou moins standard dans le calendrier de pulvérisation ces dernières années et que la maladie ne cause donc plus de problèmes majeurs aussi souvent. « Heureusement, on a vu peu d'infections précoces ces dernières années, ce qui a évité de gros dégâts. Mais en fin de saison, on voit régulièrement que l'alternaria s'installe. C'est dommage, car le potentiel de croissance en fin de saison C'est cette repousse qui s'est révélée très importante ces dernières années pour un bon rendement », précise-t-il.

La gestion de la résistance est importante
Cette saison, Agrifirm se concentre principalement sur la modification des produits Propulse, Belanty® et Narita® – en combinaison avec Phytophthora control. "Avec ces trois produits, vous disposez d'une bonne variété de substances actives, ce qui garantit au mieux la gestion de la résistance", explique le conseiller. Parce que Propulse et Belanty ont aussi un effet secondaire contre le sclérotinia, Ballast aime les placer un peu plus au début (à partir des deux tiers de la floraison). "De plus, ces deux produits sont les plus puissants contre l'alternaria ; vous devez les utiliser principalement pour empêcher la maladie de pénétrer dans la culture." Plus tard dans la saison - de la sixième à la huitième pulvérisation - selon le consultant, Infinito + Kunshi® et/ou Enervin SC® + Vendetta® peuvent également être choisis, Infinito et Enervin constituant la base du contrôle de Phytophthora et Kunshi et Vendetta un complément contre phytophthora et ont également un effet contre alternaria. « Avec ces pulvérisations intermédiaires, vous pouvez conserver des produits puissants tels que Propulse pour plus tard dans la saison. Cela peut être une arme importante pour contrôler Alternaria, surtout si la culture doit rester verte pendant longtemps. En fin de saison, la pulvérisation peut alors être combinée avec Ranman® plus Propulse, Belanty ou Narita.

Ballast souligne une fois de plus que l'alternance des produits est essentielle pour prévenir les (éventuelles) résistances. "Pour le moment, nous disposons de plusieurs bons remèdes contre l'alternaria. Soyons prudents avec eux et veillons à ce qu'ils restent efficaces le plus longtemps possible", conclut-il.

Belanty® et Enervin® SC sont des marques déposées de BASF
Kunshi® et Ranman® sont des marques déposées d'ISK Biosciences
Narita® est une marque déposée de Globachem
Vendetta® est une marque déposée de FMC

Cette analyse de rentabilisation est alimentée par :
radar de pluie
Propulsé par Agroweer

Rester en contact

Inscrivez-vous et recevez chaque jour les dernières nouvelles dans votre boîte de réception