Propre image

Tournée des cultures René Mesken

« Quel agriculteur veut prendre autant de risques ?

29 mars 2024 - Editeurs Boerenbusiness

La philosophie de l'agriculteur René Mesken est claire : cultiver des pommes de terre frites et des oignons à grande échelle, de manière efficace et gratifiante. Le Frison terre-à-terre, participant au Boerenbusiness Tournée des cultures, prendre des risques. C’est précisément là qu’il voit le plus gros goulet d’étranglement dans les années à venir. Non seulement pour sa propre entreprise, mais aussi pour ses collègues.

Ce qui suit suivra au cours de la saison de croissance 2024 Boerenbusiness Tournez à nouveau les cultures de dix parcelles avec des pommes de terre chips Innovator. De la plantation à la récolte, les agriculteurs participants nous expliquent la culture et les décisions qu'ils prennent au cours de la saison. Dans cette série d'entretiens, nous apprenons chacun à connaître un producteur, son entreprise, sa vision et sa stratégie. Le Frison René Mesken est désormais un participant bien connu du Crop Tour.

Descriptif de l'entreprise Partenariat Mesken

L'agriculteur René Mesken est situé à Appelscha, en Frise, mais couvre une zone de culture qui s'étend de Leeuwarden à Stadskanaal. Au total, 340 hectares de terres sont cultivées. Il cultive diverses cultures sur des sols sableux principalement fertiles, dont : 200 hectares de pommes de terre, 50 hectares d'oignons, 60 hectares de betteraves sucrières et 30 hectares de maïs. L'entreprise dispose d'un important parc de machines, dont trois camions pour le transport et un camion de transfert pour charger les camions à terre.

"Mon entreprise est spécialisée dans la culture de pommes de terre frites et d'oignons", explique Mesken. Pour les oignons et les betteraves, j'ai une collaboration avec Klaas Oenze de Graaf de Wierum. "Pour le moment, il s'agit des variétés Fontane et Innovator, qui sont principalement vendues dans le libre-échange. Je suis très heureux de travailler avec Jan Bakker sur la vente de ces pommes de terre frites, oignons et betteraves. Nous fertilisons les pommes de terre avec du lisier. Au printemps, nous comblons les besoins en potassium en épandant de la Protamylasse, un produit résiduel de la transformation des pommes de terre féculières à Avebe. Les besoins en azote sont en outre satisfaits par des engrais.

Les plants de pommes de terre pour les pommes de terre frites proviennent de la culture ATR. "Cette année, j'ai dû acheter des pommes de terre de semence de base E pour 1 euro le kilo. Cela coûte très cher", note laconiquement Mesken. Son approche des opérations commerciales se caractérise par l’accent mis sur la grande échelle et l’efficacité. « En raison de la taille de mon entreprise, il est important pour moi de grandir de manière simple », explique-t-il. "Je travaille en étroite collaboration avec un conseiller en culture pour obtenir des conseils sur la protection des cultures. Il me donne une note sur les produits phytosanitaires que je dois utiliser et je suis ses conseils."

Prendre des risques
Mesken indique qu'il est prêt à prendre des risques en tant qu'agriculteur. "Par exemple, nous allons cultiver cette année 50 hectares d'oignons jaunes, sans prix de vente fixe. C'est assez risqué. Heureusement, nous avons un bon partenaire commercial qui connaît bien le métier. En ce qui concerne le choix de la culture est concerné, j'aime que nous aimions faire le plus simple possible. Nous cultivons principalement des pommes de terre frites et des oignons en raison des opportunités commerciales.

Machinerie
Une exploitation agricole de cette taille nécessite un parc de machines bien équipé afin d'avoir de la solidité pendant les périodes de pointe. "En plus des camions et du chariot de chargement, nous disposons d'une planteuse, d'une bêcheuse, d'une charrue à six corps et d'un cultivateur de sept mètres de large. Les pommes de terre sont récoltées avec un Dewulf Kwatro à quatre rangs sur chenilles, qui nous permet de récolter efficacement et rapidement. Nous disposons également de deux machines de pulvérisation, dont la plus grande est un pulvérisateur à essieu tandem capable de pulvériser 52 hectares avec un seul réservoir. Nous disposons également d'une remorque à trois essieux à haut débit de 25 tonnes et d'une remorque de 6 mètres. cultivateur large pour cultiver les prairies. Il existe quatre ensembles d'irrigation avec pompes. Les machines sont essentielles à notre entreprise. Compte tenu de la taille et des distances que nous devons parcourir, nous nous efforçons constamment d'appliquer les dernières techniques afin de pouvoir utiliser de manière optimale les Machines."

Gestion de l'eau et utilisation des terres
Mesken explique : « Nous nous efforçons d'irriguer le moins possible. Avant le début de la saison d'irrigation, nous examinons attentivement les besoins de nos cultures. L'année dernière en est un bon exemple. Nous avons été les premiers à commencer à irriguer nos oignons. Les graines n'ont pas germé comme souhaité, nous avons donc décidé d'irriguer une fois pour faire démarrer les oignons. C'était juste assez pour pousser. Cette approche a empêché le sol de devenir saturé pendant la période humide qui a suivi. L'irrigation sélective a évité d'endommager la culture. Nous efforcez-vous de surveiller de près l'humidité du sol et d'utiliser de l'eau de bonne qualité lors de l'irrigation. Heureusement, cela est possible avec l'eau de l'IJsselmeer. De cette façon, nous pouvons faire bon usage de nos « ressources naturelles ».

Agriculture à grande échelle
"Je me demande parfois qui voudra prendre autant de risques en tant qu'agriculteur dans un avenir proche - disons dans cinq ans environ", soupire l'agriculteur. "Et je ne parle pas du travail exécutif, mais de la prise de risques. Je prédis que la demande alimentaire augmentera dans les années à venir. En raison des réglementations gouvernementales, l'offre de production diminue, tandis que la population mondiale augmente. Notre Le gouvernement dirige la moitié des agriculteurs jusqu'au cou, afin que les terres deviennent disponibles. La question qui me vient à l'esprit est la suivante : qui opte encore pour une agriculture à grande échelle ?

René conclut : "Bien que mon travail me demande beaucoup de temps, j'attache une grande importance à un bon équilibre entre travail et vie privée. J'ai un objectif : je veux vivre ma vie avec plaisir. Avec tous les choix que je fais , je me demande : est-ce que cela renforce ma passion ou non ? Je n’ai pas encore idée de ce que l’avenir nous réserve. Mon courant sous-jacent est l’agriculture à grande échelle. La manière dont cela se manifestera m’est encore ouverte. Peut-être que c’est pour moi. Il est également possible de cultiver sur 40 hectares de terre, mais ce n'est pas là que réside ma passion. Mon objectif est de nourrir le monde avec ma méthode de culture à grande échelle."

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir
Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Tournée des cultures oignons - semaine 24

Les oignons de semence sont très variables cette saison

Tournée des cultures pommes de terre - semaine 23

Phytophthora frappe tôt dans la saison

Tournée des cultures pomme de terre - semaine 22

Les problèmes continuent de s’accumuler pour les producteurs de pommes de terre

Tournée des cultures oignons - semaine 22

Date moyenne de semis des oignons proche de l'année dernière

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login