Propre image

Tournée des cultures Boer klasien

"Je doute parfois que la culture de l'oignon soit encore possible sans irrigation"

18 Avril 2024 -Jesse Torringa

Les périodes sèches et les températures élevées ont constitué un défi majeur pour la culture de l'oignon ces dernières saisons. Sans accès à l’eau douce, la culture est particulièrement difficile à obtenir de bons rendements. Klaasjan Boer, producteur d'oignons, participant au Boerenbusiness Gewastour continuera pour le moment à cultiver des oignons de semence en Zélande. Pourtant, les dernières années l’ont fait réfléchir.

L’agriculteur regarde principalement l’avenir de la culture. "Nous obtenons encore ici des rendements raisonnablement bons et les prix des dernières années rendent la culture rentable. Mais il y aura aussi de mauvaises années avec des prix plus bas." Il remarque également qu’une saison de croissance irrégulière affecte la qualité.

La saison agricole 2024 suivra Boerenbusiness Tournée des cultures dix autres parcelles d'oignons jaunes. Du semis à la récolte, les agriculteurs participants nous guident à travers la culture et les décisions qu'ils prennent pendant la saison de croissance. Avec cette série d'entretiens, nous apprenons à connaître le producteur et l'entreprise, sa vision de la culture et certaines stratégies. Dans la deuxième interview de la tournée des cultures d'oignons, il s'agit de Klaasjan Boer, producteur d'oignons à Kortgene (Zélande).

Plus à propos:
Détails de l'entreprise VOF Boer en Zonen

La ferme arable couvre un total de 120 hectares. Les cultures cultivées consistent à semer des oignons, des pommes de terre de conservation, des betteraves sucrières et des céréales. Chaque année, environ 10 hectares d'oignons sont cultivés avec une rotation des cultures de 1 sur 8 avec des oignons de semence. Une partie sur un terrain privé et une partie sur un terrain loué. Chaque année, des terres sont échangées avec un éleveur de bétail contre la culture de l'oignon. Cette entreprise fournit également chaque année à Boer du lisier de bétail. Le type de sol est sableux et argileux léger avec une teneur en limon de 25 à 35 %.

Il fait à nouveau détrempé sur les parcelles de Kortgene, le village de l'île de Noord-Beveland en Zélande. Le producteur d'oignons Klaasjan Boer y a sa ferme arable et a pu semer ses oignons de semence à temps par rapport au reste des Pays-Bas. Le 27 mars, il a tenté sa chance lorsque la météo le lui a permis et qu'une grande partie des semis d'oignons est déjà levée. La croûte qui existait après les fortes précipitations du début du mois d'avril appartient au passé, car le sol est à nouveau considérablement saturé, comme au cours des derniers mois d'hiver, après toutes les précipitations récentes.  

Concentrez-vous sur un stockage plus long
Les variétés d'oignons jaunes que Boer sème cette saison sont Hyfive et Dormo. Le Dormo est bien connu au sein de l'entreprise, mais n'a pas été cultivé la saison dernière. "L'année dernière (2023), nous avions Hystore et Hyfive et cette saison, nous avons Hyfive et la variété Dormo comme variétés. Dormo est une variété bien connue et nous la cultivions également auparavant en raison de sa bonne qualité de stockage. La dureté et la dormance sont un peu mieux. De plus, le revêtement de force que j'ai pu appliquer a également joué un rôle dans la décision. Je pense que la variété Hystore a été un peu décevante en termes de stockage la saison dernière.

Les variétés cultivées ont des propriétés de conservation longue durée et Boer s'y engage également. Il est généralement stocké au moins jusqu’en mars/avril. "En fait, nous voulons toujours pouvoir les stocker. L'année dernière, nous avons également dû les vendre un peu plus tôt en raison d'un problème dans le lot, mais rétrospectivement, ce n'était pas une mauvaise chose compte tenu du marché de cette saison. Sinon, nous pourrions encore Il nous reste quelques oignons. Les oignons que nous avons vendus ont donné plus que les derniers et nous sommes maintenant vides depuis un moment", explique Boer.

"Gagnez beaucoup d'argent dans les bonnes années"
La stratégie de vente repose sur le stockage à long terme et également sur la culture pour le libre-échange. Aucun oignon n'est cultivé sous contrat, et Boer indique qu'il est difficile de parvenir à un équilibre en s'engageant beaucoup. "Dans une année où les kilos sont décevants, le prix doit compenser et dans une année où les rendements sont bons, le prix sera un peu inférieur, mais nous verrons cela. Sinon, vous aurez du mal à retrouver votre équilibre. si vous le faites à partir de contrats, les prix ont augmenté et se sont améliorés ces dernières années, mais avec des contrats, vous ne participez jamais aux années avec de bons prix, vous pouvez alors gagner beaucoup d'argent dans les bonnes années.

Boer note toutefois que la qualité du stockage laisse parfois beaucoup à désirer après les saisons de croissance particulières et extrêmes, ce qui signifie qu'il faut parfois dire au revoir à un lot plus tôt. « Ces dernières années, avec la sécheresse et les extrêmes, vous avez vu que votre qualité se dégrade. Par exemple, vos pulvérisations fonctionnent moins bien, le manque d'humidité en été, tout cela affecte la qualité et cela ne rend pas le stockage inutile. plus facile Ensuite, il faut aussi partir un peu plus tôt, comme la saison dernière. Le stockage contient un refroidissement par air et les oignons sont versés en vrac. Au total, il y a de la place pour environ 500 à 550 tonnes d'oignons entreposés, explique Boer, qui stocke également ses pommes de terre pendant une longue période. Celles-ci durent généralement jusqu'en juin ou juillet. Il cultive principalement des pommes de terre frites de la variété Agria et une plus petite partie de pommes de terre de table.

Tout pour un bon rendement
Boer constate également que les producteurs autour de lui sur Zuid-Beveland et sur les autres îles cultivent moins d'oignons de semence. D'après son expérience, les rendements sont inférieurs à ceux du passé, mais il est difficile de le dire concrètement en kilos ou en pourcentages. Malgré les nombreux défis, notamment la sécheresse et l’incapacité d’irriguer, l’agriculteur a quand même obtenu des rendements raisonnables ces dernières années. Ils sont donc pleinement engagés dans la cultivation. "Néanmoins, nous obtenons encore ici des rendements raisonnablement bons et c'est pourquoi nous continuerons à cultiver des oignons pour le moment. Nous faisons également tout notre possible pour obtenir un bon rendement. Pensez aux bons engrais verts, en pulvérisant beaucoup de produits. comme les biostimulants, essentiellement tout ce qui, selon moi, fonctionne pour obtenir de meilleurs rendements et une meilleure qualité, je n'ose pas dire si tout fonctionne, c'est le sentiment et nous obtenons toujours des rendements raisonnablement bons qui, avec les prix actuels, font la différence. culture rentable."

Cependant, Boer indique qu'il a parfois des doutes sur la culture de l'oignon en raison de la sécheresse de ces dernières années. Après tout, ils n’ont pas accès à l’eau douce et ne peuvent pas irriguer lorsque cela est nécessaire. "À l'époque, la raison de notre participation au Crop Tour était de montrer que la culture des oignons ici en Zélande est encore possible sans irrigation. Mais on commence à douter davantage de savoir si cela est encore possible étant donné la sécheresse et donc les rendements du We Nous n'avons pas une goutte d'eau douce ici, donc l'irrigation n'est pas une option. Les prix des dernières années maintiennent la culture rentable, mais il y aura des années plus pauvres en termes de prix, ce qui est difficile à réaliser pendant les périodes sèches. " Boer souligne que l'arrêt de la culture de l'oignon n'est pas encore à l'ordre du jour. 

Irrigation goutte à goutte
L'irrigation goutte à goutte est devenue de plus en plus populaire dans la région et même dans l'ensemble des Pays-Bas ces dernières années, mais pour Boer, ce n'est pas une option envisageable. "Nous devons construire ici un bassin pour que l'eau douce puisse s'égoutter. D'abord, stockez l'eau tout l'hiver, puis vous devez également l'acheminer vers votre parcelle. Ce n'est pas une option pour nous. Ensuite, il y a la tendance des prix. 80 tonnes à 5 centimes ne sont pas non plus rentables. Et il ne devrait y avoir aucun autre obstacle à la culture", explique Boer, qui fait référence à d'autres facteurs qui influencent la culture. Il n’est certainement pas négatif à propos du tuyau d’égouttement. "S'il y avait un fossé ou un endroit avec de l'eau douce, nous aurions envisagé un coin ici pour essayer."

La nouvelle arracheuse de pommes de terre fait immédiatement ses preuves
Il n’y a pas de projets d’avenir concrets pour l’entreprise. Par exemple, Boer affirme que les hangars sont déjà suffisamment grands pour le stockage des produits et des machines. Une nouvelle culture n’est pas non plus une option, le manque d’eau douce rendant difficile une nouvelle culture. "Cela signifie que nous n'avons pas beaucoup de choix et qu'on ne peut pas commencer avec une culture comme la chicorée ou les carottes."

Certaines choses ont changé au cours de la dernière année. Le fils de Boer a officiellement rejoint l'entreprise l'année dernière et ensemble, ils poursuivent le travail sur la ferme arable. L'année dernière, nous avons également investi dans une nouvelle arracheuse de pommes de terre, qui a immédiatement fait ses preuves la saison dernière. "Nous avions l'habitude de récolter les pommes de terre nous-mêmes, mais la saison dernière, nous avons acheté une machine automotrice. Nous en avons une avec notre famille. Cela nous permet de récolter les pommes de terre encore plus tôt et plus rapidement. Grâce à cette machine de récolte, nous Les 10 derniers hectares ont été enlevés. L'intention était que la machine à récolter n'arrive que cette année, mais en raison de l'humidité de cet automne, nous avons demandé si elle pouvait être livrée plus rapidement, et elle a été livrée le 20 novembre et nous avons pu le faire. Nous n'aurions pas pu y parvenir avec l'ancienne machine à récolter." Ils ont également pu louer des terrains supplémentaires depuis la saison dernière.

Avez-vous un conseil, une suggestion ou un commentaire concernant cet article ? Faites le nous savoir

Jesse Torringa

Jesse est éditeur chez Boerenbusiness et se concentre en particulier sur le secteur de l'agriculture arable, y compris les céréales et les oignons. Il suit également de près le marché des engrais. De plus, Jesse travaille dans une ferme arable à Groningen avec des pommes de terre de semence comme branche principale.
Pression de la maladie - Phytophthora
Propulsé par Agroweer

Tournée des cultures météo - semaine 21

C'est la énième fois que cela arrive : drame dans les champs

Tournée des cultures oignons - semaine 21

Les oignons poussent vite, mais ils ont aussi des revers

Tournée des cultures météo - semaine 20

De fortes pluies ravagent des parcelles dans le sud

Tournée des cultures pommes de terre - semaine 20

Les producteurs de pommes de terre font de grands progrès avec leurs plants

Appelez notre service client 0320 - 269 528

ou par courrier à soutienboerenbusiness. Nl

tu veux nous suivre ?

Recevez notre Newsletter gratuite

Des informations actuelles sur le marché dans votre boîte de réception chaque jour

login